top of page
Rechercher

Conseil en Innovation et Venture Capital : une histoire commune à écrire

Nous avons créé LILA Consulting il y a bientôt 13 ans et je suis toujours aussi étonné de croiser si peu souvent des Venture Capitalists (VC) sur notre route.


La première raison est très simple. Nous avons la chance, dans notre métier, de rencontrer des entrepreneurs au tout début de leur histoire ; des porteurs de projets qui parfois n’ont pas encore créé leur société ou viennent à peine de le faire.

Certains vont voir leur enthousiasme s’étioler à mesure que le passage de l’idée à la réalisation va s’avérer plus compliqué que prévu voire impossible. D’autres vont, au contraire, gagner en confiance à mesure que la traction commerciale augmentera et que leur idée prendra forme.

Si j’étais un VC, en tout cas en Seed, j’aurais à cœur de rencontrer des gens qui ont accès à cette catégorie de jeunes-pousses-en-éclosion - au moins pour y poser mes pions et, au mieux, pour les faire avancer sur le damier.

Nous avons essayé à plusieurs reprises de nouer des liens avec des VC mais en vain. C’est dommage, car il y a un cercle vertueux à créer entre les VC et les Conseils en Innovation, car la pépite « investisseur » va aussi devenir un formidable gisement d’opportunités pour le Conseil en Innovation.


La seconde raison de mon étonnement, et c’est l’objet de ce blog, c’est qu’en 13 ans nous avons régulièrement rencontré des entrepreneurs qui venaient de lever des fonds (on parle parfois de millions d’Euros) en étant convaincus d’avoir une techno qui va « changer le monde ».

Dans notre métier c’est la base, nous faisons un « état de l’art » (EDA) pour qualifier leurs travaux et envisager, ou pas, de monter un dossier de Crédit d’Impôt Recherche (CIR). Et quel n’est pas notre étonnement à chaque fois que cet EDA démontre que leurs travaux ne sont pas de la R&D, ni même de l’innovation, mais simplement de l’ingénierie (un peu) complexe.

Pour avoir moi-même levé des fonds dans une précédente vie professionnelle, je sais qu’on ne peut pas attirer un VC sans le convaincre qu’on va être un « must have », le premier sur son marché, bref un espoir réel de gros multiple.


Il me semble donc important de trouver une voie de collaboration entre VC et Conseils en Innovation par la création d’un service dédié, une sorte de « fast EDA » (peut-être possible aujourd’hui et plus rapide avec l’IA) pour éviter des déconvenues.

Même s’il est vrai que le temps compte dans un process d’investissement, il n’en demeure pas moins que quelques jours de plus pour s’assurer qu’on tient une vraie « pépite » technologique pourraient rapporter beaucoup ensuite ...


Alors, Messieurs les VC, si nous prenions un café pour en parler ?


Gilles AMOUYAL

Directeur Associé

LILA Consulting

22 vues

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page